• FEFFS 2016LA 9EME EDITION DU FESTIVAL
  • 31 - de Rob ZombieMIDNIGHT MOVIES
  • The greasy stranglerMIDNIGHT MOVIES
  • Creative ControlMIDNIGHT MOVIES
  • Opération avalancheCROSSOVERS COMPETITION
  • ShelleyINTERNATIONAL COMPETITION
  • GraveINTERNATIONAL COMPETITION
  • TransfigurationINTERNATIONAL COMPETITION
  • I AM NOT A SERIAL KILLERINTERNATIONAL COMPETITION
feffs 20161 Horreur c'est vendredi saison 112 palmares 20153 séance plein air4 zombie walk 20155 zombie walk 20156 zombie walk 20157 zombie walk 20158 zombie walk 20159

Alleluia sort en salles

Sortie nationale le 26 novembre 2014

photo de Alleluia sort en salles

La Mention Spéciale du FEFFS 2014 et Méliès d’Or à Sitges


affiche de Alleluia sort en salles

Quelques mois après sa présentation à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes, après une carrière en festival couronnée de nombreux prix et d’un vaste succès d’estime, Alleluia, 4ème long métrage de Fabrice du Welz, sort enfin dans les salles françaises. 

Jusque là, le cinéaste belge a souffert dans sa rencontre avec le public. Après l’échec surprenant du très beau et mélodramatique Vinyan, après le vaste malentendu qu’a pu représenter Colt 45, Du Welz revient avec une oeuvre contradictoire, aussi belle que sombre, aussi intègre que fédératrice.

Michel, escroc au charme trouble, y séduit Gloria, mère célibataire entre deux âges, pour en faire sa nouvelle victime. Elle tombe pourtant follement amoureuse, le traque, l’accule. Les deux amants, liés par un pacte sentimental, s’associent pour dépouiller et tuer les veuves et les riches héritières esseulées.

Fabrice du Welz retrouve donc les Ardennes de Calvaire pour une nouvelle adaptation de l’histoire des tueurs à la lune de miel.

Ce fait divers des années 40, ce périple mené par un couple assassin et diabolique, lui inspire une oeuvre hors du temps sur la passion sentimentale, sur la dépendance des êtres, sur l’inversion des rapports amoureux. Alleluia est un film intense, un récit glaçant et grotesque, drôle et cruel comme pouvaient l’être les grandes comédies italiennes des années 70, porté par deux comédiens en état de grâce. Laurent Lucas et Lola Duenas se livrent sans retenue, se confrontent, s’aiment et s’affrontent.

Du Welz filme très près des visages pour capter les bouleversements et le basculement des protagonistes. Il élude la grisaille ambiante. Et autour de ses deux protagonistes et de leur odyssée criminelle, plus rien ne semble exister.

(Texte: Greg Lauert)


Facebook Twitter Google Plus