L'emprise des ténèbres

The Serpent and the Rainbow

Image de AFFICHE-SITE-2861.jpg

Réalisateur(s) : Wes Craven Interprète(s) : Bill Pullman, Cathy Tyson, Paul Winfield

USA • 1988 • VOST


Un an après le décès du maître de l’horreur Wes Craven, le public aura l’occasion de découvrir en salle et en copie neuve l’une de ses oeuvres les plus mésestimées.

The Serpent and the rainbow, qui ressort donc le 29 juin, s’avère être l’un des rares grands films, à l’exception du notable I walked with a zombie de Jacques Tourneur, à s’intéresser au rituel vaudou.

Si l’oeuvre de Craven verse souvent dans le fantastique, le cinéaste n’a jamais caché trouver son inspiration dans les faits réels. Même Les griffes de la nuit, avec son tueur visiteur de cauchemars, trouve son origine dans une série de morts inexpliquées au sein de la communauté Hmong aux Etats-Unis. Pour L’emprise des ténèbres, il se déplace donc à Haïti, au lendemain d’une guerre civile, et approche son sujet avec un réalisme déconcertant.

Au départ de sa carrière, le créateur de Scream était un cinéaste audacieux, prompt à introduire dans le film de genre des techniques issues du documentaire. Mais à cause du succès de Freddy, son icône du slasher, le cinéaste peine ensuite à aborder des sujets personnels. Les studios ne l’attendent plus sur ce terrain. The Serpent and the rainbow (titre original) sera son passeport pour conjuguer horreur et propos social. La zombification est ici synonyme de domination politique. Elle vient illustrer l’asservissement d’un peuple.

Le film permet ainsi de saisir que, malgré les détours de sa filmographie, Craven était plus qu’un simple et cynique maître de l’épouvante.

Vendredi 17 juin
star st-ex