ARCHIVES 2016

Compétition internationale fantastique

grave_AFFICHE-3104

Octopus d’or

Grave

i_am_not_a_serial_killer_AFFICHE-3094

Méliès d’argent

I am not a serial killer

another_evil_AFFICHE-3092

Mention spéciale du Jury

Another Evil

grave_AFFICHE-3104

Prix du public

Grave

Compétition Crossovers

psycho_raman_AFFICHE-3126

Prix du meilleur film Crossovers

Psycho Raman

Compétitions courts-métrages

THE-DISAPPEARANCE-3190

Octopus d’or

The Disappearance of Willie Bingham

THE-TUNNEL-3203

Méliès d’argent

Tunnelen

subotika_02-3198

Mention spéciale du Jury

Subotika, land of wonders

Madam-Black-Tilly-3191

Prix du public

Madam Black

THE-DISAPPEARANCE-3190

Prix du Jury Jeune

The Disappearance of Willie Bingham

Quenottes_IM_03-3226

Prix du meilleur court-métrage Made In France

Quenottes

TEETH-3216

Prix du meilleur court-métrage d’animation

Teeth

Indie Game Contest

mars 2

Octopix du meilleur jeu indépendant

Mars Underground

machiavillain 2

Prix du meilleur jeu vidéo fantastique

MachiaVillain

Ouverture / Clôture

Swiss Army Man

The Mermaid

Compétition internationale fantastique

Another Evil

I am not a serial killer

K-Shop

The Love Witch

The Open

Pet

Grave

Seoul Station

Shelley

They call me Jeeg

The Transfiguration

Under the shadow

Compétition Crossovers

Creative Control

Detour

Dogs

Operation Avalanche

Outlaws and Angels

Psycho Raman

Trash Fire

Midnight Movies

31

Ballad in blood

The Greasy Strangler

Miruthan

Terra Formars

We are the flesh

Yoga hosers

Séances spéciales

Creature designers: the Frankenstein Complex

Fear itself

Late Shift

Lo and behold: Reveries of the connected world

Ivan Tsarévitch
et la Princesse Changeante

Compétition internationale

Coup de grâce

Dawn of the deaf

The Disappearance of Willie Bingham

Madam Black

Mars IV

Strangers in the night

Subotika, land of wonders

Tunnelen

Compétition animation

Belle comme un cœur

A coat made dark

Iâhmès et la grande dévoreuse

The Itching

La rentrée des classes

Teeth

Compétition Made in France

Kitchen

Of men and mice

Le Plan

Quenottes

Retrosexe

Vardoger

M for Murder

« M for Murder » propose neuf films de tueurs en série, ces obscurs et abjects objets du désir dont nous sommes friands dans les faits divers, les polars ou au cinéma. Les tueurs de notre sélection ont des origines sociales, des motivations et des modes de vie très différents ; et ils sont, de ce point de vue, fidèles aux profils du FBI, qui souligne l’impossibilité d’établir un portrait générique. M, le déséquilibré mental de Lang, est un tueur compulsif de petites filles. La Chasse de Friedkin met en scène un tueur aux rituels sadiques visant les gays dans le milieu SM new-yorkais. Dragon Rouge et Hannibal Lecktor, éclatants génies du mal dans le Sixième sens de Mann, tiennent davantage de la littérature ou du cinéma que de la réalité. Le scalpeur psychopathe de Lustig dans l’extravagant Maniac également. Mais ces films sont si prenants qu’ils n’ont pas ou plus besoin de jouer sur l’illusion.

Les tueurs en série, dixit le FBI, ne sont pas forcément des solitaires : beaucoup sont des pères de famille socialement bien intégrés, comme le De Salvo de Fleisher dans l’Étrangleur de Boston ; d’autres font affaire grâce à leurs crimes, comme le monstrueux couple de Mexicains dans le cruel Carmin profond de Ripstein. Dans Schizophrenia de Kargl, d’intenses monologues intérieurs nous plongent dans le cerveau d’un malade mental, mais le plus terrifiant reste Henry, portrait d’un tueur en série. La description hyperréaliste faite par McNaughton de ce meurtrier sans visage efface toute distance entre le réel et la fiction pour plonger le spectateur dans une oppressante et insoutenable réalité. Besoin d’air ? Essayez Noblesse oblige, l’élégante comédie noire de Hamer, où un aristocrate privé d’héritage élimine ingénieusement plusieurs membres de sa famille. Venez apprécier « M for Murder », une rétrospective testée et approuvée à 70%, au moins, par le FBI.

 

M le Maudit

Noblesse oblige

L'étrangleur de Boston

Cruising

Maniac

Schizophrenia

Henry, portrait d'un serial killer

Manhunter

Carmin profond

Universal Monsters

« C’est morbide. Personne n’aura envie de voir ça ». Voilà ce qu’a dit Carl Laemmle, chef des Studios Universal, à son fils Junior en 1931 à propos de Frankenstein, qu’il jugeait indigne du cinéma. Il venait tout juste d’autoriser à contrecœur Junior à produire Dracula, dont il attribuait le succès phénoménal au hasard. L’excellent accueil dont a bénéficié Frankenstein auprès de la critique et son succès commercial lui ont, heureusement, une fois de plus donné tort.

Universal produisait des films d’horreur depuis 1923, mais ces nouveaux films d’ambiance, influencés par le cinéma européen, étaient très différents. Le vampire suave et érotique de Tod Browning et le monstre mélancolique de James Whale étaient certes troublants et morbides pour le public de 1932, mais n’émoussaient en rien son appétit. Partout en Amérique, ces films sont restés à l’affiche bien plus longtemps que prévu et certains cinémas les ont projetés en continu pour répondre à la demande. Universal a récidivé avec d’autres films, devenant un lanceur de tendance du cinéma d’horreur américain. Sept d’entre eux sont présentés ici, en version remastérisée 2k. Redécouvrir aujourd’hui ces films devenus intemporels grâce à l’ingéniosité de leur conception et à leur sensibilité artistique est un pur moment de plaisir.

 

Dracula

Frankenstein

La Momie

L'Homme invisible

La Fiancée de Frankenstein

Le Loup-garou

L'étrange créature du Lac noir

Rétrospective Dario Argento

L’Histoire du cinéma se souviendra qu’il y eut, au crépuscule du dernier millénaire, l’équivalent des artistes Fin-de-siècle, cinéastes de la surcharge baroque, marquant l’épuisement des formes par un maniérisme sans entraves, un symbolisme obsédant, une confusion fatale du noble et du trivial. C’est ainsi que l’on pourrait définir Dario Argento qui, au-delà de la manière dont il a prolongé certaines traditions tout en les conservant par d’inédits tout autant qu’archaïques parti-pris formels, aura occupé cette place-là. Dario Argento est aujourd’hui devenu une icône, l’emblème d’un cinéma populaire transalpin capable de jouer sur les stimulations les plus primaires du spectateur tout autant que d’affirmer une savante affectation.

Jean-François RAUGER.

L'oiseau au plumage de cristal

Le chat à neuf queues

4 mouches de velours gris

Les frissons de l'angoisse

Suspiria

Ténèbres

Rétrospective William Lustig

Venu du cinéma d’exploitation voire pornographique, William Lustig a exemplairement incarné une forme de continuation de la série B par d’autres moyens dans les années 1980. Le traumatisant Maniac , en 1979, nourri des excès du cinéma de genre européen dans sa forme ultime, invente une terreur urbaine sans équivalent. Cette terreur trouvera une résonance sociale dans Vigilante, en 1982, où la nostalgie d’un monde d’avant la Frontière se heurte à un regard précis sur une classe ouvrière américaine sacrifiée par l’Histoire. Quant à la série des Maniac Cop, c’est une inversion carnavalesque et subversive qui s’affirme au-delà des conventions du genre. La cinéma de William Lustig témoigne d’un art de la mise en scène qui aura donné à son œuvre une force singulière.

Jean-François RAUGER.

Maniac

Vigilante

Maniac cop

Hommage à David Bowie

Les avis convergent pour désigner 2016 comme une année particulièrement meurtrière pour les icônes. Parmi les décès marquants, celui de David Bowie, au lendemain de la sortie d’un nouvel album, a été vécu comme une tragédie pour l’industrie musicale. Mais Bowie, l’insaisissable légende, fut aussi une figure du 7e art. Comédien trop rare mais toujours essentiel, il aura marqué de son aura une poignée d’œuvres, souvent fantastiques et pour beaucoup magistrales. Bien sûr, pour tout musicien, la question de la légitimité à l’écran dans un rôle majeur se pose invariablement. David Bowie accédera ainsi à la reconnaissance grâce à son interprétation dans Furyo d’Oshima.

Il est alors un artiste pluriel, total, et pourtant dépassé par son statut. En effet, l’interprète de Ziggy Stardust n’aura guère l’occasion de se faire oublier derrière ses personnages. Qu’il interprète un vampire aux côtés de Catherine Deneuve dans Les Prédateurs de Tony Scott ou un extra-terrestre dans L’homme qui venait d’ailleurs, fable culte de Nicholas Roeg, Bowie était avant tout Bowie, androgyne, surréaliste, unique.

Pour l’une de ses dernières apparitions au cinéma, Christopher Nolan le sollicite pour le rôle de Nikola Tesla dans Le Prestige. Malgré une courte apparition, il est, dans ce récit de réalité manipulée, le véritable sorcier, celui par qui naît la magie. Bowie, comédien, homme de cinéma, se fond ainsi dans la symbolique.

 

L'Homme qui venait d'ailleurs

Nuit excentrique

En partenariat avec la Cinémathèque française, le festival vous propose à nouveau de finir en beauté avec une nouvelle édition de La Nuit excentrique. De minuit au petit matin, vous pourrez revoir 3 nanars ponctués de programmes de bandes annonces sélectionnées avec soin dans les collections de la Cinémathèque. Au programme, un film de zombie considéré comme un des films les plus ringards de tous les temps, un ersatz de Rahan à la sauce Star Wars et enfin un film de monstre taïwanais qui ferait passer X-Or et San Ku Kaï pour des chefs d’œuvre. Si vous survivez, un petit-déjeuner vous sera servi à l’aube.

 

Virus Cannibale

Yor, le chasseur du futur

Les hommes d'une autre planète

Indie Game Contest

Carus

Decay Alien Escape

Double Kick Heroes

Fighting Space

Goo Saga

Hacktag

Heart @ Hack

Koloro

MachiaVillain

Mars Underground

Modsork

Outskirts

Tetra: Save the Tetras

Tower of Samsara

unWorded

Your Star

VR Film Corner

Burlap

Evolution of Verse

Invasion

Killer Deal

Sonar

Jeux en Réalité Virtuelle

Dark Days

Dragon Flight

S.E.N.S

Conférences

Les détournements artistiques du jeu vidéo

Le financement du jeu vidéo

Le son dans le jeu vidéo

Événements

Keys of fury:
Exposition Raquel Meyers

Raquel Meyers: Artiste KYBDSLOYD

Philip K. Dick dans tous ses états

Retrogaming

ArgentoPortrait1-2983

Master class Dario Argento

Master class William Lustig

dents-de-la-mer-2985

Les dents de la mer
aux Bains municipaux

Projection plein-air : Jurassic Park

grusel-nacht-2997

Cauchemars du passé

village

Le Village Fantastique

apéro-zombie-3335

Apéro Zombie

StarTrek-3000

Star Trek : longue vie et prospérité

décors-de-cinéma-3005

Master Class :
Les décors de cinéma

Pluto-univers-3245

La collection
"Demain si j'y suis"

Invité d'honneur

Dario Argento

Jury compétition internationale

lustig001-sm_1024(1)-2981

William Lustig, président du jury

Veronika_Franz(1)-2979

Veronika Franz

JODOROWSKY(1)-2978-3311

Brontis Jodorowsky

Lindqvist(1)-2980

John Ajvide Lindqvist

Jury compétition crossovers

Libs-3016

Stéphane Libs

jeromeMalien2-3017

Jérôme Malien

de-pauw1-3022

Swen de Pauw

Jury court-métrage

JuryShortFilmEtienne-3018

Étienne Jaxel-Truer

JuryStephaneMartinez-3019

Stéphane Martinez

Zaniboni-3020

Romain Zaniboni

Jury Indie Game Contest

gaillard-2896-3298

Sébastien Gaillard

id ceciler-2894

Maria Kalash

juliette-2893

Juliette Noureddine

perin-2895

Étienne Périn

Conférenciers Jeu Vidéo

mathieumaireduposet-2889

Mathieu Maire du Poset

aurelie-reveillaud-site-nb-2890

Aurélie Reveillaud

nicolasbredin-2891

Nicolas Bredin

elmobo-2892

Frédéric "Elmobo" Motte

fannybarnabe-2886

Fanny Barnabé

raquelmeyers-2887

Raquel Meyers

tatiana-2888

Tatiana Vilela Dos Santos

pauline_augrain-2976

Pauline Augrain

Jury Jeune

AnnaDossman-ok-3324

Anna Dossman

Nael-Moryoussef,-Lycée-Marc-Bloch-ok-3330

Nael Moryoussef

JuryJeuneLea-OK-3327

Léa

Juline-OK-3328

Juline

SophieGredel-OK-3329

Sophie Gredel

OscarLemerle-OK-3326

Oscar Lemerle

Invités

Ali-PIC2-3272

Ali Abassi

Bauer-3313

Jean Bauer

Ruggero-Deodato-3317

Ruggero Deodato

Julia_Ducournau-3319

Julia Ducournau

marc-lahore-3274

Marc Lahore

billy-o-brien-3273

Billy O'Brien

Ocelot-3312

Michel Ocelot

Gilles Penso_noirblanc-3307

Gilles Penso

planche-3315

Baptiste Planche

dan-pringle-3275

Dan Pringle

christopher_smith-1249-1917-3305

Christopher Smith