Powell et Pressburger

Michael Powell (1905-1990) et Emeric Pressburger (1902-1988) ont formé une des collaborations les plus créatives de l’histoire du cinéma. Ils ont travaillé sous la bannière « The Archers », fondée pour développer leur art sans interférence. Leurs meilleurs films ont été tournés entre 1940 et 1951, incluant outre ceux de notre sélection, des classiques tels que The Life and Death of Colonel Blimp (1943) et A Canterbury Tale (1944). Si Powell avait le fauteuil de réalisateur et Emeric écrivait généralement les histoires et les dialogues, leur fameuse mais peu comprise dénomination, « Produit, écrit et réalisé par Michael Powell et Emeric Pressburger », témoignait des liens étroits qui liaient tous les aspects de leur travail. Leur collaboration prenait ses racines dans un fertile croisement de talents et de cultures entre des hommes aux passés et aux tempéraments différents : un juif hongrois discret qui avait fuit Berlin sous Hitler et l’extraverti Powell, gentlemen du Kent, quintessence de l’Anglais. Ils étaient des artistes non conformistes, très loin du réalisme anglais de leur époque. Ils ont fait des films à la magie visuelle – emprunts de fantastique, flamboyants, excessifs – mais qui ne masquaient jamais les émotions humaines dans des histoires très réelles traitant d’amour, de la mort, de sacrifice et de création artistique.

Mais comme un arc en ciel, « The Archers » ne pouvaient pas durer éternellement. Pour Powell, ils ont perdu leur « glorieuse arrogance en 1953», mais leur collaboration n’a pas été dissoute officiellement avant 1957, en désaccord sur leur indépendance face au nouveau visage de la production britannique. Les films, avec leurs créateurs, tombèrent dans l’obscurité et furent quasiment oubliés jusqu’à ce qu’une série de rétrospectives commencent à voir le jour dans les années 70. Leur réputation s’étendit aux Etats-Unis dans les années 80, lorsque l’hyper-enthousiaste Martin Scorsese apporta Le voyeur au Festival du Film de New York où il connu un grand succès critique. Powell devint avec le temps son conseiller aux Etats-Unis et ils restèrent amis à vie. Powell et Pressburger, des réalisateurs qui inspirèrent des géants – Scorsese, Romero, De Palma, Coppola, Spielberg et d’autres – ravivèrent et approfondirent leur amitié jusqu’à la mort d’Emeric en 1988.